Partagez

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Adrian Peterson est insulté par la valeur des porteurs de ballon

Selon Adrian Peterson, la manière dont les porteurs de ballon sont évalués en termes de valeur constitue un manque de respect de la part des franchises de la NFL.

En entrevue avec le TMZ, Peterson, 35 ans, a exprimé son mécontentement vis-à-vis le fait que le salaire des porteurs étoiles n’ait presque pas augmenté depuis dix ans, en dépit d’une hausse du plafond salarial de 65%.

« C’est irrespectueux, pour être honnête avec vous. Ça l’est vraiment. »

Adrian Peterson via TMZ

Aujourd’hui porte-couleurs des Redskins de Washington, le porteur avait signé une prolongation de contrat de sept ans et 96M$ avec les Vikings du Minnesota en 2011. Le problème, c’est que les contrats offerts aux bons joueurs de cette position se situe toujours dans les mêmes eaux.

Si c’est une grande somme aux yeux de plusieurs, pour des vedettes de la NFL, c’est loin du sommet. Nombreux sont les quarts-arrières qui se méritent un 30M$ par année, pour des pactes frisant les 150M$ en cinq ans.

Vétéran de 14 saisons dans la NFL, Peterson souhaite prouver que les porteurs valent plus que ça.

« Je pense que le changement s’en vient. Moi et Frank Gore continuons de montrer à des gens que nous sommes de valeur. Nous pouvons avoir des carrières de 10, 14 ans aussi, alors évaluez-nous aussi bien que vous évalueriez un quart. »

Adrian Peterson via TMZ

Michael David Smith de Pro Football Talk l’illustre à perfection dans son propre article concernant les propos de Peterson, expliquant que les porteurs ne sont tout simplement pas aussi importants que les quarts-arrières.

L’argument de la longévité ne tient pas. On n’offre pas plus d’argent à un joueur parce qu’il est capable de jouer plusieurs saisons. On offre plus d’argent à un joueur qui apportera la meilleure valeur possible à son équipe sur la durée du contrat. Et dans cette optique, c’est la raison pour laquelle les quarts-arrières sont privilégiés.