32 équipes en 32 jours : Bengals de Cincinnati

Une nouvelle ère débute à Cincinnati. Après n’avoir mérité que deux victoire en 2019, les Bengals ont mis la main sur Joe Burrow avec le tout premier choix au dernier repêchage.

2019 en chiffres

Fiche en saison régulière : 2-14

Classement : 4e dans le Nord de l’AFC

Attaque (verges/match) : 26e

Défense (verges/match) : 29e

Forces et faiblesses

Pas le choix de débuter avec Joe Burrow. Bien qu’il ait remporté le trophée Heisman et le championnat national avec les Tigers de LSU l’an dernier, il pourrait prendre quelques semaines à s’adapter au jeu de la NFL. Les matchs préparatoires sont annulés et il n’aura pas l’occasion de pratiquer les situations de matchs dans un esprit compétitif avant d’enfiler l’uniforme pour un match de saison régulière. Burrow devrait trouver ses repères tôt ou tard et il aura l’entourage pour y arriver.

D’abord, le retour en santé d’A.J. Green viendra donner le ton au groupe de receveurs des Bengals. Celui qui vient de souffler ses 32 bougies avance peut-être en âge, mais il n’a jamais terminé la saison sous la barre des 1000 verges lorsqu’il est en santé. Tyler Boyd, fort de deux saisons consécutives de plus de 1000 verges, sera également du rendez-vous. La recrue Tee Higgins, choix de 2e ronde des Bengals au dernier repêchage, complétera le possible chien à trois têtes du jeu aérien.

Le champ arrière des Bengals n’a rien à envier à ceux du reste de la division Nord de l’AFC. Joe Mixon est passé près d’accumuler 1500 verges combinées l’an dernier. Ça fait deux ans de suite qu’il présente de tels chiffres et ce n’est certainement pas grâce à sa ligne à l’attaque…

View this post on Instagram

2020 SZN loading… #History

A post shared by Joe Mixon (@joemainmixon) on

D’ailleurs, cette dernière devra faire mieux que son 30e rang de l’an dernier (selon PFF) si l’attaque de Cincinnati veut connaître du succès. La bonne nouvelle, c’est que le bloqueur Jonah Williams, choix de première ronde de l’équipe en 2019, débutera enfin sa carrière professionnelle après avoir été sur la touche durant l’entièreté de la saison 2019. Sinon, il n’y a pas beaucoup de raisons de s’exciter par rapport à la muraille des Bengals.

L’unité défensive ira aussi loin que Geno Atkins et Carlos Dunlap pourront les mener. Le problème, c’est qu’Atkins a connu une saison difficile l’an dernier et qu’il semble, à 32 ans, être sur la pente descendante. Dunlap a pour sa part récolté neuf sacs du quart l’an dernier, mais il a maintenant 31 ans et n’est pas à l’abris d’être sur le déclin, lui aussi.

Les reste de la défensive est rempli de points d’interrogation. Les acquisitions Trae Waynes et Mackensie Alexander via le marché des joueurs autonomes, combinées à la présence de William Jackson III, qui débutera à l’automne sa quatrième saison avec l’équipe, pourraient donner de la profondeur à la tertiaire, mais on est loin de parler de d’un groupe élite de la NFL.

Au niveau des secondeurs, les Bengals ont repêché Logan Wilson et Akeem Davis-Gaither en troisième et quatrième ronde respectivement, amenant un peu de compétition au sein d’un groupe qui en a grandement besoin.

Attentes en 2020

Difficile de prédire l’avenir des Bengals. Il serait faux de dire qu’il n’y a pas de talent dans cette équipe. Il y en a, surtout en attaque. Cincinnati bénéficie d’un calendrier favorable en 2020 et devra en tirer profit. Oui, les rivaux du Nord de l’AFC (Ravens, Steelers et Browns) ont tous leurs upsides, mais serait-il si incroyable de voir Cincy arracher la victoire dans deux de ses quatre rencontres contre Pittsburgh et Cleveland? Les Jaguars, Redskins, Giants et Dolphins sont des proies potentielles pour les félins.

Reste à voir à quelle vitesse progressera Joe Burrow, à quel point Tee Higgins pourra s’impliquer dans le jeu à sa recrue et quelle quantité d’essence les vétérans de l’unité défensive ont encore dans leur réservoir.

Et les séries? Avec maintenant huit équipes qui se qualifient par conférence, on peut imaginer qu’une fiche de 7-9 pourrait être suffisante pour se qualifier certaines années. Est-ce que Cincinnati a ce qu’il faut pour jouer 7-9? Probablement. Les espoirs sont donc permis, mais il ne faut pas les considérer comme une valeur sûre.

Renaud Bourbonnais
Renaud Bourbonnais
Publications: 1179