32 équipes en 32 jours: Jets de New York

Peut être l’équipe la plus insignifiante de la dernière décennie, les Jets ne feront pas meilleure figure en 2020. Ils ont perdu leurs deux meilleurs joueurs défensifs et ils ont mis la main sur aucun joueur de renom. Le premier choix au total pourrait être en jeu pour les Jets cette année.

2019 en chiffres

Fiche en saison régulière : 7-9

Classement : 3e dans l’Est de l’AFC

Attaque (verges/match) : 32e

Défense (verges/match) : 7e

Forces et faiblesses

Il y a certainement plus de faiblesses que de forces pour le Gang Green cette saison, surtout à l’attaque.

À l’exception de Le’Veon Bell et Jamison Crowder, il n’y a aucun joueur offensif de fiable. On retrouve quatre nouveaux partants sur la ligne offensive. Quand les regarde individuellement, ils sont une amélioration par rapport aux morceaux qui étaient là l’an passé. Toutefois, avec une préparation réduite, il auront de la misère à développer la cohésion nécessaire afin de protéger Sam Darnold.

Quant à Darnold, il n’a pas été horrible depuis son arrivé chez les pros. En effet, les Jets ont une fiche de 11 victoires et 15 défaites lorsqu’il est le partant. Cependant, il est le pivot partant le plus inconstant de la NFL. Il est incapable de régulièrement compléter des passes de plus de 10 verges, ce qui limite énormément le potentiel de gros jeux. Ceci peut être partiellement expliqué par le manque de talent dans son entourage, mais aussi par sa prise de décision douteuse et sa technique qui laisse à désirer.

Les cibles qui seront les plus intéressantes à surveiller sont le receveur recrue Denzel Mims et l’ailier rapproché Chris Herndon. Sortant de l’Université Baylor, Mims est l’un des espoirs les plus polarisants chez les évaluateurs de la NFL. Ses détracteurs jugent qu’il ne crée pas assez de séparation avec les demis défensifs, qu’il échappe le ballon trop souvent et qu’il n’a pas un bon taux de complétion pour les balles contestées. De l’autre côté de la médaille, ses admirateurs raffolent de ses qualités athlétiques, de son habileté à courir avec le ballon et de son instinct pour la zone des buts.

Pour sa part, Chris Herndon est le joueur que les partisans des Jets attendent avec impatience. Ils ont été témoins de son énorme potentiel lors de la fin de son année recrue en 2018. Donc les attentes étaient élevées pour la saison suivante. Toutefois, après avoir raté les quatre premiers matchs en raison d’une suspension, il est resté à l’écart du jeu à cause d’une série de blessures, participant seulement à un total de 18 snaps lors de la saison. Allons-nous finalement assister à l’éclosion de Herndon en 2020?

La défense, de son côté, sera indubitablement moins bonne cette année. Sans la présence de C.J. Mosley au centre de la défense, elle présente un groupe de secondeurs qui ne fait peur à personne. Neville Hewitt, James Burgess et Jordan Jenkins ne sont pas des partants dans la majorité des équipes. Avery Williamson est solide contre la course, mais en couverture de passe il ne fait guère mieux que ses coéquipiers.

C’est dommage pour la troupe à Adam Gase que la tertiaire ne pourra pas pallier aux lacunes des secondeurs. Avec Pierre Desir, Blessuan Austin et Arthur Maulet, les Jets ont le pire groupe de demis de coin de la ligue. Au poste de maraudeur, ils ont aussi perdu le leader de cette unité en transigeant Jamal Adams aux Seahawks. Au moins, en retour, ils ont obtenu les services du versatile Bradley McDougald. Le produit de l’Université du Kansas est capable de jouer dans les zones profondes, dans la boîte et dans la slot.

Finalement, pour la ligne défensive, tout dépend de la progression de Quinnen Williams. Le troisième choix au total en 2019 était selon plusieurs le meilleur joueur de cette cuvée, il a même été comparé à Fletcher Cox et Ndamukong Suh. Pourtant, lorsqu’il a dû faire le saut chez les pros, il a été décevant, surtout sur le pass rush ce qui était supposé être sa force. Donc Greg Williams et les Jets espèrent que l’ancien du Crimson Tide sera capable de s’ajuster à la vitesse et à la physicalité de la NFL et devenir le joueur élite dont ils ont tant besoin.

Attentes en 2020

Il ne faut pas s’attendre à quelque chose de mieux que des piètres performances de la part des Jets. Puisque, sur papier, elle est la pire équipe du circuit Goodell et elle affrontera des adversaires coriaces cette saison. Il ne serait pas surprenant de voir Adam Gase devenir le premier entraîneur congédié en 2020. Quant à Darnold, s’il n’est pas capable de livrer de meilleures prestations, son avenir ne risque pas d’être à East Rutherford. Bref, on pourrait voir Trevor Lawrence en vert l’année prochaine.