32 équipes en 32 jours: Patriots de la Nouvelle-Angleterre

À travers les années, les Patriots ont toujours su remplacer avec succès les gros morceaux quittant l’organisation. La différence cette année: le meilleur joueur de tous les temps déménage après 20 ans de service à Foxborough. En plus du départ de l’éternel Tom Brady, le visage de leur défense sera complètement différent. Kyle Van Noy, Jamie Collins, Duron Harmon, Danny Shelton et Elandon Roberts ont tous trouvé de nouveaux domiciles.

Les Pats seront également sans les services de leurs leaders défensifs Dont’a Hightower et Patrick Chung qui ont décidé de ne pas jouer en 2020 en raison des risques liés à la COVID-19. Quant au personnel d’entraîneurs, la retraite du guru de la ligne offensive, Dante Scarnecchia, pourrait créer de l’instabilité dans la protection comme on l’a vu lors de sa première retraite en 2014-2015.

2019 en chiffres

Fiche en saison régulière : 12-4

Classement : 1er dans l’Est de la AFC

Attaque (verges/match) : 15e

Défense (verges/match) : 1er

Forces et Faiblesses

L’année dernière l’unité défensive était tout simplement phénoménale. On l’a comparait même à celle des Bears de 1985 lors des premières semaines d’action. En retrospective, ceci était une exagération, mais elle demeure l’une des meilleures défensives de la dernière décennie. Elle a alloué une moyenne de 14.1 points par rencontre, ce qui est la plus basse marque depuis 2006, elle a accordé 275.9 verges par rencontre, soit la meilleur moyenne du circuit et elle a créé le 2e plus haut total de revirements avec 36.

Cette année, avec les nombreux changement de ce côté du ballon, la défense, sur papier, sera définitivement moins bonne, tout particulièrement chez les secondeurs. Ja’Whaun Bentley, probablement le meilleur morceau de cette unité, est un bon professionnel, mais il n’est pas du même calibre qu’un Hightower ou un Collins. Il est excellent sur le jeu au sol, mais il est clairement hors de son élément lorsqu’on lui demande d’aller en couverture de passe. L’autre nom moindrement reconnaissable est celui du nouveau venu Brandon Copeland. Capable de jouer autant à l’intérieur qu’à l’extérieur, il possède la versatilité que les Patriots adorent. L’ancien des Jets n’a jamais été un régulier dans l’effectif partant, mais il reste un ajout de qualité dans un groupe qui a soif de talent.

À défaut d’avoir des secondeurs élites, les Patriots détiennent peut être la meilleure tertiaire du circuit. Mener par le Joueur Défensif de l’Année, le demi de coin Stephon Gilmore, elle n’a alloué que 13 touchés au cours de la dernière saison. Ceci peut être expliqué par le fait que Gilmore élimine à lui seul l’option de lancer au receveur numéro un opposé. Toutefois, un demi de coin ne fait pas une tertiaire. Donc en plus de Gilmore, on retrouve les jumeaux McCourty, J.C. Jackson, Jonathan Jones, Joejuan Williams, Adrian Phillips et Kyle Dugger.

J.C. Jackson est discutablement le joueur le plus négligé de la division. La plus longue complétion qu’il a accordé dans sa carrière est de 28 verges. Il a été battu qu’une fois pour le touché et on compte 8 interceptions à son actif. L’ancien de l’Université du Maryland a également le plus faible QBR alloué de la NFL à 28.4. Soit la même note que si le quart-arrière lançait le ballon directement au sol à chaque jeu.

Encore une fois, les Pats sont solide à la position de maraudeur malgré la perte de Duron Harmon et de Patrick Chung. Ils ont mis la main sur le vétéran Adrian Phillips via le marché des joueurs autonomes. L’ancien All-Pro a été retranché 8 fois par les Chargers avant d’émerger comme leader de leur tertiaire. Il est un joueur vocal, polyvalent et intelligent, donc, rapidement, il deviendra un favori de la foule. Il rejoindra Devin McCourty pour former un tandem exceptionnel. Depuis 10 ans, McCourty est la personnification de constance au poste de maraudeur.

Un autre morceau vient se rajouter à ce groupe; Kyle Dugger. Sélectionné en deuxième ronde, Dugger est exactement le type de joueur que Belichick raffole. Méconnu avant le Senior Bowl, le natif de la Géorgie a joué pour les Bears de Lenoir-Rhyne en division 2 de la NCAA. Sa vitesse, son agilité et sa force explosive remarquables jumelés à son gros gabarit lui permettra d’accomplir plusieurs tâches. En 2020 on pourrait le voir en tant que maraudeur, secondeur et même retourneur de bottés. Il est donc un autre ajout de qualité à une tertiaire prolifique.

De l’autre côté du ballon, c’est le changement au poste de quart-arrière qui fait les manchettes. Cam Newton fera compétition à Jarrett Stidham pour remporter la lourde tâche de remplacer Tom Brady. Considérant que Stidham a déjà commencé à perdre des plumes au camp d’entraînement, on peut présumer que Newton émergera comme partant. Mais quelle version de Cam va-t-on voir en 2020: Superman comme en 2015 ou la version chétive des dernières années? Peu importe la version, il sera intéressant de voir comment Josh McDaniels va déployer l’ex-pivot des Panthers de la Caroline.

Le contraste entre les styles de Brady et de Newton ne pourrait pas être plus disparate. Les Patriots ont été habitué à un quart-arrière statique qui dissèque les défenses adverses avec de petites passes avant de les surprendre avec une bombe pour le touché. Maintenant, un joueur dynamique et exubérant se retrouve derrière le centre. Un joueur qui tente de claquer le coup de circuit à chaque jeu, ce qui mener autant au désastre qu’à la gloire.

Newton sera toutefois dépourvu de receveurs considérés élites. Ce groupe consiste d’un Julian Edelman vieillissant, d’un Mohamed Sanu décevant et d’un N’Keal Harry qui n’a pas su s’ajuster à la NFL. Julian Edelman émerge comme la cible la plus fiable. Malgré les difficultés à l’attaque de l’an dernier, il a amassé son plus haut total de verges de réception avec 1117. Quant à Sanu, il n’a jamais su développer une chimie avec Brady après avoir été transigé des Falcons. Toutefois, avec un nouveau quart-arrière en ville, il aura une autre chance de justifier le choix de deuxième ronde que l’organisation a délaissé afin de mettre la main sur lui. Finalement, N’Keal Harry a le potentiel d’un Demaryus Thomas. Donc, après avoir expérimenté la NFL, il faut s’attendre à une progression du natif de Toronto.

Malgré les sélections de Devin Asiasi et de Dalton Keene en 3e ronde du dernier repêchage, la position d’ailier rapproché demeure une faiblesse. L’équipe de Pro Football Focus a classé ce groupe comme la troisième pire unité d’ailiers rapprochés du circuit. La recrue Asiasi est déjà projeté comme le partant. À UCLA, il s’est distingué par son implication dans le jeu aérien, s’alignant même comme Y. Il est doté de bonnes mains et d’un potentiel élevé comme bloqueur. Cependant, il ne faudra pas trop lui en demandé étant donné qu’il est à sa première année chez les pros.

Quant aux porteurs de ballons, les Patriots sont en bonnes mains. On retrouve Sony Michel, James White, Rex Burkhead et la nouvelle acquisition Lamar Miller. Même si aucun de ces noms ne sautent aux yeux, leur champ arrière est solide et bien équilibré. Sony Michel et Lamar Miller feront la majorité de leurs dégâts au sol tandis que James White, l’un des meilleurs receveurs sortant du champ arrière, terrorisera les secondeurs qui essaieront de le couvrir. Rex Burkhead est un peu un hybride de tous ces joueurs et il est souvent déployé sur les unités spéciales.

Finalement, pour la ligne offensive, ils ont perdu les services de Marcus Cannon, mais au moins 4 bons partants seront de retour. Durable et intelligent, la rétention de Joe Thuney à Foxborough est une excellente nouvelle pour peu importe qui se situe derrière le centre. À la position de bloqueur à gauche, Wynn n’a joué que 563 snaps depuis avoir été repêché au premier tour en 2018. Toutefois, lorsqu’il enfile ses crampons, il a été très bon, surtout en protection de passe. Après avoir raté l’entièreté de la saison 2019 en raison de caillots de sang, David Andrews se sent près à se battre dans les tranchées.

Attentes en 2020

Bill Belichick, l’entraîneur qui s’adapte le mieux, trouvera une façon de mettre une défense redoutable sur le terrain. Elle devra faire preuve de créativité et d’audace afin de pallier aux nombreux départs de joueurs défensifs. Malgré tout, elle aura sans doute de la misère à ralentir les attaques des Chiefs, des Seahawks, des 49ers, des Cardinals et des Broncos cette année.

Quant à l’offensive, il ne faut pas s’attendre à grand chose. C’est probablement l’attaque la plus lente du circuit. Cependant, si Cam Newton est capable de rester en santé et que les receveurs réussissent à créer de la séparation, l’offense pourrait en faire assez pour remporter des matchs serrés.

Les Patriots feront compétition aux Bills pour le titre de l’Est de l’AFC, mais ultimement, la tâche risque d’être trop ardue pour la troupe de Belichick. Même si une équipe de plus se qualifiera pour les éliminatoires, ils les rateront probablement pour la première fois depuis 2008.

Image par défaut
Adam Bell
Publications: 195