Les Texans ont confiance en David Johnson

Les Texans semblent avoir fait une transaction affreuse pendant la saison morte en envoyant un des meilleurs receveurs de la NFL, DeAndre Hopkins, au Cardinals en retour d’un choix de deuxième ronde et David Johnson, qui vient avec un très lourd contrat.

Par contre, l’entraîneur-chef de la formation du Texas, Bill O’Brien, est très confiant que Johnson pourrait apporter quelque chose aux Texans.

Nous avons étudié David quand il sortait de l’université et tout au long de sa carrière en Arizona. Tout le monde a besoin de passer au travers de leurs blessures et des changements d’entraîneurs. Mais on parle aussi du gars qui a été nommé comme le Walter Payton Man of the Year pour l’Arizona. Il est robuste, intelligent et un porteur de troisième essai qui peut être utilisé avec Duke Johnson.

Bill O’Brien, via Jeffri Chadiha de NFL.com

Malgré son énorme contrat, Bill O’Brien sait que Johnson peut apporter quelque chose d’important à l’équipe.

Le contrat est ce qu’il est. Il aura définitivement de l’argent pour le payer, mais quand on regarde ce que David ajoute, il en vaut la peine.

Bill O’Brien, via Jeffri Chadiha de NFL.com

Avec un contrat de base de $10,2 millions, Johnson se classe dans les cinq porteurs de ballon les mieux payés de la NFL, mais s’est classé au 39e rang de la ligue pour les verges totales par match pour un porteur en 2020. Par contre, s’il réussit à redevenir le porteur versatile qu’il a été à ses débuts avec les Cardinals, il pourrait être un ajout important pour Houston.

La chose que j’aimais c’est qu’ils étaient vraiment excités de m’avoir. Plus j’y pense, la chose que je dois faire est de ne pas écouter quoi que ce soit en dehors de l’organisation. Tout ce que j’ai à faire c’est travailler fort.

David Johnson, via NFL.com

Seul le temps nous dira si le pari en vaut la peine pour les Texans. Une chose est sûre, Johnson devra travailler beaucoup plus fort s’il veut redevenir un porteur élite de la NFL.

Jérémie Lussier
Jérémie Lussier
Publications: 331