Aaron Rodgers a fait taire ses dénigreurs

Nombreux sont ceux qui ont critiqué Aaron Rodgers au cours de la dernière année. Durant la saison morte, Les Packers et leur quart-arrière vedette ont été le sujet d’une controverse au cours de la saison morte lorsque l’équipe a sélectionné le jeune Jordan Love en première ronde plutôt que d’amener une arme de choix au poste de receveur.

Vrai, le niveau de jeu de Rodgers n’était pas tout à fait au point depuis deux ans, particulièrement l’an dernier. Vrai, il soufflera 37 bougies en décembre prochain. Vrai, il a un ego qui peut le rendre désagréable par moments.

Dimanche, cependant, il a démontré qu’il était encore la pierre angulaire de la formation des Packers. Une performance sensationnelle contre des rivaux, les Vikings du Minnesota, qui se battront tout au long de la saison pour le premier rang de la division Nord de la NFC.

364 verges aériennes, quatre touchés et aucun revirement. Une édition vintage d’Aaron Rodgers. Il a envoyé un message à toute la NFL : il fait toujours partie de l’élite à la position de quart-arrière dans la ligue.

Le message a eu le mérite d’être clair. Pas de groupe de soutien pour épauler Davante Adams? Pas de problème. Le receveur numéro un des Packers a capté 14 ballon pour des gains de 156 verges et deux touchés. Marquez Valdes-Scantling et Allen Lazard, deux receveurs de troisième année, ont capté quatre passes chacun pour un total de 159 verges. Ils ont également marqué un touché chacun.

Rodgers a été excellent sur toute la ligne. On l’a vu lancer des ballons à tous les niveaux et de toutes sortes. Sa passe de touché près des lignes de côtés pour Davante Adams était un véritable bijoux.

Ne faites pas l’erreur de douter de lui quelques semaines de plus avant d’être convaincu. Aaron Rodgers est en mission. Sa première destination : le championnat de division. Si le manque de profondeur à la position de receveur vous inquiète toujours (avec raison), n’oubliez pas que des cibles de qualités seront disponibles d’ici quelques semaines sur la marché des transactions. Les 49ers ont fait un bon coup l’an dernier en mettant la main sur Emmanuel Sanders dans une transaction avant la date limite.

Default image
Renaud Bourbonnais

Alleyop360Attitude Football