De cheerleader des Alouettes à policière

Certains se demandent parfois ce qu’ont comme plan d’avenir certaines meneuses de claques d’équipes professionnelles. Pour Tania, ancienne cheerleader des Alouettes de Montréal, c’est une carrière comme policière qu’elle envisageait depuis le tout début et elle y est parvenue. Elle s’est d’ailleurs entretenue sur son parcours avec les Alouettes sur le site web de l’équipe.

La carrière de Tania a débuté en 1999 et a perduré jusqu’en 2008. Ce que vous ne savez peut-être pas, c’est que non seulement Tania a réussi à réaliser son rêve de devenir policière, mais qu’elle l’a été tout en étant, à temps partiel, une meneuse de claques pour les Alouettes.

Non seulement est-il important de mentionner l’impact que les cheerleaders ont sur le terrain, mais aussi à l’extérieur, puisqu’elles sont souvent appelées à participer à des évènements. Ceci lui a donc permis de développer des liens avec la communauté et de donner une importance à son futur rôle de policière dans la section pour la Prévention, vigilance et relations avec la communauté.

Mes tâches consistent entres-autres à faire de la prévention dans les écoles et auprès de toutes les sphères de la population, à participer à divers comités avec les citoyens et les organismes du territoire, à tenir des kiosques d’information sur la prévention de toutes sortes et à être en relation avec toutes les communautés du territoire.

Via Montrealalouettes.com

Reste que son apprentissage le plus important via son expérience avec les Alouettes est le concept d’humilité.

J’ai appris à agir de façon professionnelle, car je représentais une organisation. J’étais policière en même temps d’être meneuses de claques…

via Montrealalouettes.com

Ce récit nous rappelle que même si elles travaillent parfois dans l’ombre, les équipes de cheerleaders sont souvent à l’origine de belles histoires, comme celle de Tania.

Image par défaut
Guillaume Asselin
Publications: 47