Bruce Arians ne veut rien savoir d’Antonio Brown

Le polarisant receveur Antonio Brown a récemment été mis sous contrat par les Buccaneers, lui qui a connu deux années en montagnes russes dernièrement. C’est un mouvement de personnel qui dérange énormément – et qui touche particulièrement l’entraîneur en chef de l’équipe.

Bruce Arians n’est pas particulièrement enchanté à l’idée de devoir un joueur aussi problématique dans son vestiaire, mais ce n’est pas non plus lui qui offre et qui négocie des contrats. S’il est en droit de donner son avis sur le sujet, reste que la décision finale ne lui revient pas. C’est dans cette optique que Brown a été signé, vendredi.

« Be a team player or be gone »

– Bruce Arians

Le message a le mérite d’être clair. Joue en équipe ou va-t’en. Même s’il a été excellent sur le terrain avec les Steelers de Pittsburgh entre 2010 et 2018, le Pro-Bowler récurrent a complètement dérapé lorsqu’il a quitté la Pennsylvanie.

Sans entrer dans tous les détails, il a d’abord failli être échangé à Buffalo. On l’a ensuite envoyé à Las Vegas, où son terrible comportement lui a privé de son emploi avant même qu’il puisse porter l’uniforme des Raiders dans un match de saison régulière.

En 2019, il ne compte qu’un seul match disputé ; avec les Patriots de la Nouvelle-Angleterre. On a dû le couper peu après son arrivée, lui qui était sous enquête dans une affaire d’agression sexuelle.

On voit le portrait ; un gars problématique qui risque de faire partir quelques flammèches lors de son passage en Floride, mais qui peut s’avérer payant sur le terrain si le trouble qu’il cause hors du stade est tolérable pour son entourage.

Default image
William Thériault

Alleyop360Attitude Football