Dabo Swinney pourrait être à la tête des Texans en 2021

Le renvoi de Bill O’Brien plus tôt cette semaine a fait le bonheur de beaucoup de gens. Les partisans des Texans ne savaient plus comment le dire tellement ils avaient marre de voir sa tête. Les joueurs et les entraîneurs aussi, comme on a appris plus tôt cette semaine.

Maintenant que cette page est tournée, il faut trouver un autre entraîneur. Dans ce dossier, les noms sortent de partout. Dans les minutes suivant l’annonce, Ian Rapoport soulevait la proximité qui existe entre le vice-président des opérations football à Houston, Jack Esterby, et le coordonnateur offensif des Patriots de la Nouvelle-Angleterre, Josh McDaniels. Un autre nom est toutefois apparu dans les médias et aura de quoi rendre folle la ville de Houston jusqu’en février : Dabo Swinney, l’entraîneur des Tigers de l’Université Clemson.

Un rêve même atteignable?

Les partisans des Texans, dont moi-même, en rêvons déjà. Deshaun Watson pourrait reconnecter avec son ancien entraîneur à Clemson, avec qui il a connu énormément de succès, remportant notamment le championnat national lors de la saison 2016. Ce serait certainement un sacré boost pour le moral de l’équipe qui baisse chaque jour depuis la défaite contre les Chiefs l’an dernier.

Mais ce rêve est-il même réalisable? Le principal intéressé ne répond pas clairement à la question, disant plutôt ne pas avoir parlé à Watson depuis longtemps. Dans mon livre à moi, ce n’est pas un non. Par contre, ce dernier laisserait beaucoup derrière lui pour aller prendre les rênes d’une équipe décousue comme les Texans. Il a cependant le leadership pour ramener tout le monde à flot.

Il faut malheureusement aussi parler d’argent. Swinney est l’un des entraîneurs les mieux payés de la NCAA. Il empoche chaque année la modique somme de 9,3 millions $. Transposons ce montant dans la NFL et il deviendrait le 5e entraîneur le mieux payé de la ligue. Et pour le convaincre de quitter Clemson, il faudrait selon moi un peu plus (plusieurs millions de plus !!!) que ça. Une équipe en reconstruction veut-elle vraiment sortir autant d’argent pour son entraîneur? Ça ne compte pas sur le plafond salarial, mais c’est énormément d’argent des poches des propriétaires qui n’ira pas ailleurs (sur un receveur de la trempe d’un certain Hopkins, disons).

Plusieurs entraîneurs ont fait le saut de l’universitaire à la NFL avec des succès variés. Les Texans, comme d’autres équipes, auront du pain sur la planche pour trouver un nouvel entraîneur.

  • Les Chargers de Los Angeles ont confirmé ce que tout le monde savait : Justin Herbert demeurera le quart-arrière partant de l’équipe, même lorsque Tyrod Taylor sera apte à revenir au jeu.
Image par défaut
Frédéric Lamontagne
Publications: 41