Deshaun Watson et les Texans auraient atteint le point de non-retour

Deshaun Watson et les Texans de Houston n’ont pas attendu la fin des éliminatoires de la NFL pour nous offrir la première controverse de la saison morte.

Le fait que l’organisation ait négligé l’opinion de son quart-arrière vedette lors de la sélection d’un nouveau directeur général (Nick Caserio) et d’un entraîneur-chef (toujours pas de nomination) malgré lui avoir promis le contraire a effrité la relation entre les deux parties.

Tout ça, on le savait déjà, mais voilà que cette histoire aurait atteint le point de non-retour.

Vendredi, des propos selon lesquels le niveau de mécontentement de Watson aurait augmenté au cours des derniers jours ont fait surface. Watson n’aurait vraiment pas aimé les commentaire du propriétaire de l’équipe, Cal McNair, qui a tenté de calmer le jeu lors de la présentation de Caserio aux médias.

Dans un article du Sports Illustrated, une source près du passeur de 25 ans a tenu à simplifier la situation pour ceux qui ne la comprenne pas : Watson veut quitter Houston, c’est aussi simple que ça.

Certains suggèrent qu’un congédiement du vice-président des opération, Jack Easterby, pourrait calmer Watson et le convaincre de rester. À ce point-ci, je doute que ce soit le cas. Si l’organisation avait procédé plus tôt à ce genre d’opération (ou avait tout simplement respecté sa promesse), nous n’en serions pas là.

Deshaun Watson a une clause de non-échange dans son contrat. C’est donc dire qu’il pourrait refuser une transaction dans un marché qui ne l’intéresse pas. Le mot qui se passe présentement veut qu’il souhaiterait aboutir dans l’organisation des Dolphins de Miami, qui a fait ses preuves en termes de lutte aux injustices raciales, un enjeu extrêmement important pour le quart-arrière.

Ce dossier risque d’être le plus médiatisé de la saison morte. Est-ce qu’un marché pourrait être conclu avant la séance de repêchage, au mois d’avril? Ça reste à voir.

Image par défaut
Renaud Bourbonnais
Publications: 1106