Robby Anderson : « J’ai perdu la passion pour le football chez les Jets »

Le receveur de passe Robby Anderson a passé quatre saisons chez les Jets de New York avant d’atterrir chez les Panthers de la Caroline. Ce dernier affirme qu’il a perdu son amour pour le football lors de son passage avec les Jets. Pour lui, signer avec la Caroline était la meilleure de sa décision de sa vie pour retrouver la passion de ce sport.

En effet, Robby Anderson a signé un contrat de deux ans avec les Panthers lors de la dernière intersaison. Il valait vraiment le prix garanti de 12 millions de dollars en 2020.Anderson a mené l’équipe avec 95 réceptions, terminant deuxième avec 1 096 verges reçues. C’était la première fois de sa carrière à atteindre 1 000 verges.

Le receveur de passe a récemment qualifié que de signer avec les Panthers était « l’une des meilleures décisions que j’ai prises » en partie à cause de ce que le fait de jouer avec les Jets le faisait ressentir. «Je me sentais juste comme un sentiment de paix [avec les Panthers]», a déclaré Anderson, via Alaina Getzenberg du Charlotte Observer. « C’est lorsque j’étais à New York que j’avais l’impression de perdre mon amour pour le football. C’était des jours où je ne voulais même aller dans le stade. En plus, je n’aimais pas me sentir comme ça… il y avait juste beaucoup de choses. Je n’étais tout simplement pas vraiment heureux là-bas. »

«Et en Caroline, c’était juste comme une nouvelle bouffée d’air pour moi et je [me sentais] vraiment en paix, je me sentais à l’aise. Comme si j’aimais vraiment Charlotte. J’étais ravi d’aller au travail tous les jours et de m’améliorer et de simplement profiter même si les choses n’étaient pas toujours à 100% comme nous voudrions qu’elles soient, mais j’étais toujours heureuse d’être là et j’aimais toujours ça. « Maintenant, après une année de carrière, Anderson a le sentiment que sa saison 2020 peut le propulser vers plus de succès à l’avenir. « Je sais vraiment que je suis capable de bien plus et je sens que je commence à approcher le sommet de ma carrière », a déclaré Anderson. « Mais je pense vraiment que c’était un exemple de ce qui va arriver et de ce que je suis capable de faire, si Dieu le veut. »

Bref, Anderson se redécouvre en tant que joueur dans un environnement propice pour lui.

Image par défaut
Élisabeth Léonard
Publications: 55