Mac Jones comparé à Tom Brady par un analyste

La cuvée de quarts-arrières en vue du prochain repêchage de la NFL promet d’en être l’une des plus belles des dernières année. Le 29 avril prochain, à l’occasion de la première ronde de sélection, six quart-arrières pourraient entendre leur nom être appelé. Mac Jones est du lot.

Jones vient de disputer sa dernière saison à l’Université Alabama, sa première complète en tant que partant. Il a mené le Crimson Tide à la conquête du Championnat nationale de NCAA, une première pour l’institution depuis la saison 2017.

Bien qu’il soit le malaimé de certains observateurs, qui déplorent la qualité de son bras en donnant tout le crédit qui lui revient à son unité offensive qui était remplie de joueurs vedette, le jeune de 22 ans est tombé dans l’œil d’un analyste.

Mel Kiper, spécialiste du repêchage de la NFL, aurait pu choisir n’importe quel comparatif pour parler de son protégé. Il a toutefois choisi le nom de Tom Brady lorsqu’il a été questionné à cet effet par Mike Reiss d’ESPN.com.

« Je déteste dire ça, mais il a en un peu de Brady en lui. Je ne dis pas qu’il sera un jour Tom Brady. Il ne sera probablement pas proche. Mais il a cette compétitivité, et il est si intelligent – il a pris contrôle de cette attaque [au Senior Bowl] comme si ce n’était rien. »

« Il est extrêmement précis à tous les niveaux. Il n’a pas le bras « wow », comme Brady à son arrivée dans la ligue. Et comme Brady, il n’est pas un très mobile, pas un coureur. Il peut toutefois se faufiler, comme il l’a fait au match de championnat de la NCAA. »

Comme Kiper le précise, ne mettons pas la barre trop haute pour le moment. En fait, comparer Jones à Brady place déjà des attentes ridicules envers le jeune. Oui, il compte plusieurs qualité et je comprends d’un point de vue football pourquoi l’analyste les a comparé, mais on semble oublier les défauts qu’on prêtait à Brady en 1999.

Les circonstances dans lesquelles Jones aboutira feront une énorme différence pour la suite des choses. S’il tombe dans une attaque bien construite, comme celle qu’il avait à Alabama, il pourrait rapidement tirer l’épingle de son jeu. Sinon, la route pourrait être beaucoup plus cahoteuse et longue.

Image par défaut
Renaud Bourbonnais
Publications: 1104