Alouettes : Almondo Sewell lance une flèche à Trevor Harris

Après neuf saisons passées à Edmonton, Almondo Sewell sera de retour au Stade du Commonwealth samedi soir. Ce sera toutefois dans l’uniforme des Alouettes de Montréal qu’il foulera le terrain cette fois.

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, le plaqueur défensif de 34 ans n’est pas dans un état d’esprit nostalgique. Ce qui compte pour lui, c’est le football. Le fait que l’équipe d’Edmonton ait changé de nom et de logo pour devenir les Elks en fait une nouvelle équipe selon le principal intéressé.

Questionné par Didier Orméjuste de RDS sur la mission de la ligne défensive des Alouettes face au quart-arrière des Elks, Trevor Harris, Sewell a profité de l’occasion pour lancer une flèche à celui qui a été son coéquipier en 2019.

« On n’a pas nécessairement besoin de réaliser des sacs du quart. Il sort de sa zone dès qu’il y a de la pression. Je connais Trevor. Tu le frappes une fois et il commence à plier. On verra si le bon vieux Trevor Harris se présentera encore. Peu importe de quoi il a l’air sur Instagram, il publie toutes ces photos sur lesquels il a l’air d’un pitbull. On verra… »

Almondo Sewell

Extrait du dernier passage de Trevor Harris à Montréal. C’était pour la match éliminatoire disputé entre Edmonton et Montréal en novembre 2019 au stade Percival-Molson.

 

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Une publication partagée par Trevor Harris (@trevorharris7)

Cette réputation colle à la peau du vétéran de 35 ans depuis de nombreuses années. Je me rappelle que ce sujet revenant très souvent dans les conversations lorsque je couvrais les parties locales du Rouge et Noir d’Ottawa et qu’il était le quart-arrière partant. Disons qu’il n’a pas aidé en connaissant effectivement des difficultés lorsque les joueurs adverses lui brassaient la cage.

On peut rapidement convenir que le Rouge et Noir a été incapable d’appliquer une pression constante sur Trevor Harris le week-end dernier. L’attaque d’Edmonton manquant de mordant en fins de séquences, Ottawa a trouvé le moyen de se sauver avec la victoire. Cette semaine, ce pourrait être différent. Les Alouettes présentent un bien meilleur front défensif que celui d’Ottawa.

Image par défaut
Renaud Bourbonnais
Publications: 1174